Dernières chroniques

Bienvenue

Bienvenue !


Rambalh, c'est un pot pourri sur la littérature, un blog pour partager mes coups de coeur et de gueule. Rambalh signifie Bordel en Occitan et c'est un peu le cas de ce blog : de tout et surtout tout moi. Mes lectures sont éclectiques tout en étant de plus en plus engagées vers la tolérance, l'ouverture d'esprit, les cultures différentes et le féminisme. Retrouvez-moi aussi sur Accros & Mordus de Lecture.

vendredi 16 août 2019

Cherry de Nico Walker

Cherry est un livre que j’ai acheté lors du petit déjeuner littéraire de l’été organisé par la Librairie Fiers de Lettres et la blogueuse Léa Touch Book en juin. L’événement a été un vrai plaisir que j’ai partagé avec deux autres Accros & Mordus, en plein cœur de Montpellier.



Quatrième de Couverture
Les fantômes de la guerre en Irak le hantent.
Heureusement, il y a Emily.
Mais la vague des opioïdes qui balaie le Midwest les emporte.
Il leur faut de l’argent, beaucoup d’argent.

Mon avis
Jeune Américain désœuvré issu de la classe moyenne supérieure, notre narrateur cherche un sens à sa vie après une première année d’université plutôt bancale, entre défonce douce, cours séchés et premier amour. À une époque où la guerre en Irak est glorifiée par une propagande intense aux USA, il s’engage dans l’armée, faute de savoir qui il est et où il veut poursuivre son avenir. Commence alors la descente aux enfers entre moments de creux où rien ne suffit à tuer l’ennui et sorties mortelles pour ses camarades. Il comprend que cette guerre n’est qu’un simulacre, que leur présence sur le terrain est inutile et que les morts sont vaines.
À son retour, il a besoin de toujours plus se défoncer pour oublier. Il fait partie de ces milliers d’anciens combattants traumatisés, lâchés dans la nature sans but, sans fil rouge pour reprendre une vie normale. Alors il se drogue, toujours plus. Il fume, sniffe ou s’injecte l’intégralité de ses maigres salaires, de ses effets personnels aussi. Avec Emily, ils consomment tout ce qu’ils peuvent. Jusqu’à ce qu’il commence à braquer des banques pour pouvoir acheter leurs doses à tous les deux.

Cherry est une plongée intense dans les conséquences de la guerre en Irak sur les jeunes qui s’y sont engagés au début des années 2000. Participer à l’horreur et comprendre que ça n’avait aucune réelle utilité les a déglingués. Revenir à la vie normale n’a pas fonctionné et seuls les opioïdes ont finalement aidé certains d’entre eux à tenir.
Nico Walker, l’auteur du livre, compose au moins les trois quarts de son narrateur : il purge actuellement une peine de onze ans de prison pour braquages de banques et s’est servi de son vécu pour raconter l’histoire de cette génération usée avant l’heure. Avec des mots crus et des phrases percutantes, il décrit toutes les horreurs de la guerre et de la vie. Il offre le vraie visage de la guerre en Irak à tous ceux qui ne l’ont suivie que de loin. Il montre les rouages d’une descente aux enfers prévisibles.

Cherry se lit vite, bien et avec intensité. Il permet une réelle immersion au cœur de cette génération perdue et une remise en question de toutes ces guerres dont les enjeux nous échappent. Le bouquin a été encensé aux USA et commence à l’être à travers le monde mais je ne partage pas réellement cette adulation pour l’auteur. J’ai apprécié ma lecture mais rien ne m’a fascinée dans l’écriture ou le sens du livre. Le roman est bon mais ne m’a pas paru exceptionnel non plus. Peut-être est-ce le fait que ce soit un livre écrit en prison qui fascine les gens… Parce que le monde littéraire a encore du mal à accepter qu’il est possible d’écrire un bon livre sans diplôme, sans avoir la vie d’un écrivain cliché… C’est l’impression que cela me donne en tout cas.

Quoi qu’il en soit, si vous voulez comprendre un peu mieux les problèmes des Américains avec la guerre en Irak et ses conséquences, ne vous privez pas de cette lecture. Elle n’en résout pas les mystères mais elle permet d’appréhender les nombreuses failles du système.

« Les gens n’arrêtaient pas de mourir : tout seuls, par deux, pas de héros, pas de batailles. Rien. Nous étions juste de la piétaille, des épouvantails glorifiés ; là uniquement pour avoir l’air occupés, à arpenter la route dans un sens et dans l’autre, pour un prix exorbitant, cons comme des balais. »

Les avis des Accros & Mordus de Lecture

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire