Dernières chroniques

Bienvenue

Bienvenue !


Rambalh, c'est un pot pourri sur la littérature, un blog pour partager mes coups de coeur et de gueule. Rambalh signifie Bordel en Occitan et c'est un peu le cas de ce blog : de tout et surtout tout moi. Le bordel de mes goûts, de ma vie livresque, toujours en lien avec Accros & Mordus de Lecture.

mercredi 6 septembre 2017

Le jardin des poètes de Richard Andrieux

J'ai trouvé ce livre dans la bibliothèque familiale et j'ai décidé de l'inclure dans ma participation au Challenge Mini Pot-pourri de l'été A&M.



Quatrième de Couverture
Claire a dix-huit ans, elle est étudiante à Paris et lit Marguerite Duras. Bernard a vingt-neuf ans et travaille à la chaîne dans une usine de Béziers. A priori, ces deux personnages n’ont rien à faire ensemble. Pourtant, lorsque Bernard rencontre Claire sa vie s’illumine. En ce début des années 60, Bernard mène une vie tranquille. Avec quelques amis fidèles il partage des plaisirs simples – l’apéritif rituel au café des Marronniers, les parties de pêche, les promenades au bord de l’eau – qui lui permettent de supporter son handicap et les tracas professionnels liés aux humiliations d’un contremaître tyrannique. Mais soudain, sa vie prend un tour tragique : licencié, il est ensuite mêlé à une rixe mortelle. Que va-t-il lui arriver?

Mon avis
Le jardin des poètes c’est un roman mais c’est aussi un parc de Béziers que je connais, où j’ai été enfant, et plus grande aussi. C’est ce qui m’a attirée vers ce livre, parce que je savais qu’à travers ces pages, je retrouverais des lieux familiers.

Bernard est un jeune homme naïf, gentil et simple, presque simplet par moment. Il a un regard sur la vie assez doux au départ, dans les premières pages, malgré les malheurs qu’il a connus. Après un accident de voiture, il se retrouve défiguré mais vivant, contrairement à son ami qui l’accompagnait. Trois après, il travaille dans une usine, n’a plus de pertes de mémoire et a ses petites habitudes dans son quartier, notamment au bar du coin. Marco, son meilleur ami avec qui il travaille, Emile, le patron, Gabriel, un autre habitué, Jojo, le pilier de comptoir et bien d’autres noms rythment sa vie. Puis il rencontre Claire, une jeune femme belle, intelligente, bavarde et il ne comprend pas trop ce qu’elle lui trouve mais il apprécie sa présence, de plus en plus. Claire est étudiante à Paris et, à la fin de l’été, elle repart. C’est à ce moment-là que la petite routine de Bernard est peu à peu ébranlée : au travail, dans les discussions virulentes au comptoir, dans sa vie personnelle… Au fil des mois, Bernard est confronté à la mort : il se rend compte que la vie est un cadeau qui peut être retiré à tout moment, en toutes circonstances.

C’est à travers les yeux de Bernard que l’on suit cette histoire, à travers ses réflexions simples, comme celles d’un enfant qui découvre le monde parce que, finalement, il n’avait jamais réellement questionné son petit monde, Bernard. La mort devient de plus en plus palpable et elle le travaille. Au fil des pages, l’ambiance s’assombrit, nous menons inévitablement vers une série de drames annoncées sur fond de violence et d’alcool. Cette violence, elle s’exprime à travers les mots mais aussi les gestes : la violence verbale puis physique envers les Algériens à cette époque où la Guerre d’Algérie est encore fraîche dans une région où les émigrés sont nombreux, la violence des gens qui ne savent pas se faire entendre autrement dans un monde où les classes modestes s’en sortent avec leurs poings, la violence de la vie qui s’écoule jusqu’à la mort. Et l’alcool, cette douce boisson qui permet d’adoucir les malheurs pendant quelques heures mais qui a un coût, qui mène aussi vers des situations complexes, dramatiques.

À travers Le jardin des poètes, Richard Andrieux nous offre une peinture de la vie au sein d’une petite ville du sud de la France, peu avant mai 68, après plusieurs guerres, où le chômage menace et où la mort n’est jamais loin. Mais il nous offre aussi un pan de vie où différentes âmes se rencontrent et s’habituent les unes aux autres, s’apprécient et forment une petite bande où chacun est là pour soutenir l’autre. Et c’est en période de malheurs que ces liens, superficiels en apparence, se montrent forts et profonds.

On pourrait reprocher à ce roman de ne pas aller assez loin, de créer des liens entre les personnages de façon trop facile mais, au fond, c’est ça la vie : on s’entiche des autres sans s’en rendre compte, on se laisse entraîner dans les tourbillons de la vie et de la mort sans prendre garde et c’est d’un coup que tout nous saute aux yeux. Les personnages sont des caricatures, des traits exacerbés mais c’est aussi parce que Bernard décrit son entourage ainsi.

J’ai été touchée par cette histoire, j’ai apprécié ma lecture et ai suivi avec avidité la descente aux enfers des personnages, m’attendant à un final tragique alors que, finalement, nous ne sommes pas dans une tragédie de Sophocle mais dans une histoire qui pourrait être vraie. Tellement vraie que même le village choisi comme lieu de drames est connu vers chez moi pour être un lieu de violence gratuite en période de fêtes (là, il faut comprendre qu’à chaque fois que j’y suis allée, j’ai vu des bagarres stupides à foison, sur fond d’alcool). Bref, j’étais chez moi dans ce roman et ça m’a fait du bien.

Sans être le roman de la décennie, Le jardin des poètes est une lecture agréable qui permet de se glisser dans la peau d’un ouvrier des années 60 et de suivre ses aventures dans une ambiance où la camaraderie était tout aussi présente que la violence. Un roman qui permet aussi de penser à la mort et à la façon dont elle peut surgir brutalement, tout comme elle peut décider de faire languir celui qui l’attend.

« Papillon, c'était un brave homme. Quand Libellule, ma grand-mère, s'était envolée, il s'était mis à picoler de chagrin. »

Les avis des Accros & Mordus de Lecture

6 commentaires:

  1. Ce n'est pas un roman qui m'attire particulièrement mais si je peux l'emprunter ou le trouver d'occasion alors je le lirai pour me faire mon idée ^^ Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, il ne révolutionne rien, c'est le genre de roman agréable à lire quand on l'a sous la main :)

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas avant de lire ta jolie chronique très bien construite et pleine de détails ! ^^ Tu me donnes bien envie de le lire ! ^^

    RépondreSupprimer
  3. Très chouette chronique qui me permet de découvrir ton blog et me donne envie d'y revenir!

    Je ne connaissais pas du tout ce roman!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci pour le compliment ♥
      Je pense que c'est un roman qui est passé inaperçu parce que publié parmi tant d'autres sans réellement sortir du lot :)

      Supprimer