Bienvenue

Bienvenue !


Rambalh, c'est un pot pourri sur la littérature, un blog pour partager mes coups de coeur et de gueule. Rambalh signifie Bordel en Occitan et c'est un peu le cas de ce blog : de tout et surtout tout moi. Le bordel de mes goûts, de ma vie livresque, toujours en lien avec Accros & Mordus de Lecture.

mercredi 29 février 2012

La Délicatesse de David Foenkinos

La Délicatesse est un roman publié en 2009 qui a été récemment porté à l'écran par l'auteur lui-même et son frère. 224 pages pour mon édition publiée chez Folio.



Quatrième de Couverture
« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu'un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c'est sympathique. C'est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d'abricot, c'est parfait. Si elle choisit ça, je l'épouse... - Je vais prendre un jus... Un jus d'abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité ».
La délicatesse a obtenu neuf prix littéraires et été traduit dans plus de quinze langues.


Mon avis
Nathalie rencontre le grand amour. Tout se passe bien, ils s'aiment, se complètent, se marient et vive dans le bonheur. Seulement François meurt sans prévenir, lors de son footing dominical et laisse Nathalie toute seule, veuve, jeune et sans d'autres projets que ceux faits à deux. Au début, elle va se contenter de subir sa vie, de survivre, de travailler sans relâche car son boulot reste la seule chose qu'elle peut accomplir. Et puis un jour, dans un élan de séduction soudain, un peu comme une envie de chocolat, elle a envie d'embrasser Markus, un collègue auquel elle n'a jamais prêté attention et qui est là pile quand cette envie se manifeste. Ce baiser sans conséquences va finalement entrainer toute une suite de petites choses qui muent en une belle histoire...

David Foenkinos que je découvre avec cet ouvrage nous livre ici une histoire simple, un moment de la vie des plus "banals" mais surtout qui peut tomber sur n'importe lequel d'entre nous. Rien ne tire sur l'exagération, la dramatisation ou l’apitoiement excessif et ça fait du bien : on est touché par l'histoire, par les émotions de Nathalie sans avoir envie de se jeter du haut d'une falaise à force de crouler sous les larmes. Ici, c'est du triste frais, de la mélancolie qui fait du bien.

Nathalie est touchante, elle est intéressante, elle attire l'oeil mais j'aurais voulu plus. J'aurais voulu plus d'elle et moins du côté veuve : en voulant insister un peu sur ce nouveau titre qu'elle doit porter, j'ai eu l'impression que l'auteur spolier le reste. Je reste sur ma faim en ce qui concerne notre héroïne. Markus, lui, m'a touchée. Son côté nature, ses pensées de jeune fille un peu fleur bleue et l'aspect du grand benêt du Nord amoureux de la jolie petite brune auraient pu tirer un peu trop sur le clicher mais l'auteur a su doser le tout pile comme il le fallait. J'ai eu d'abord du mal à l'imaginer de haut en bas et c'est en regardant la bande-annonce du film que j'ai pu mieux saisir l'image que lui a donné l'auteur (j'ai un peu triché mais juste pour la bonne cause). Les autres personnages ne sont qu'effleurés mais on n'a pas besoin de plus. Le patron de Nathalie est lui aussi intéressante à travers sa redécouverte de son couple forcé. Mon personnage coup de coeur reste la grand-mère de Nathalie, cette petite mémé qui vit dans sa maison et qui nous rappelle nos propres grand-mères et vielles tantes...

La particularité de l'agencement de se roman tient dans l'alternance de chapitres de l'histoire et de très cours chapitre de citations en tous genres... Certains de ces chapitres sont délectables mais d'autres, sont de trop. A la fin du livre, j'avais l'impression de ne même plus les lire, juste les survoler et c'est dommage selon moi.

Malheureusement, même si j'ai aimé les aspects du livre, une fois que je l'ai eu refermé, je me suis rendue compte que je n'avais pas spécialement accrochée. J'ai aimé les personnages, l'écriture, les scènes... Mais le tout ne m'a pas touchée comme je m'y attendais, c'est sûrement ce qui fait que je ressors un peu déçue de cette lecture. Je n'arrive pas à me l'expliquer puisqu'il n'y a rien que j'ai détesté et c'est là que je me rends compte à quel point un coup de coeur ne se provoque pas et là, il ne s'est pas invité à la fête. C'est peut-être ce manque d'attachement à Nathalie qui a fait que ce livre restera une simple lecture de plus, qui sait ? Quoi qu'il en soit, je le conseille à ceux qui aiment les histoires qui traitent de la vie à l'état brut, qui dépeignent la réalité sans artifices superflus et qui veulent découvrir des personnages qui détonnent complètement avec l'apparence qu'ils renvoient.

Vive Markus et mémé !

8 commentaires:

  1. J'ai eu un peu le même ressentit que toi au sortir de cette lecture. Je n'ai pas vraiment été sensible à l'histoire et les personnages ne m'ont pas spécialement touchés. Cela avait été un peu pareil avec son autre livre, Les souvenirs. Je ne sais pas si tu connais ? En tout cas merci pour cette avis ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas du tout mais j'avoue ne pas être tentée par un autre de ses romans du coup. Puis comme ma PAL explose déjà, me passer d'une lecture qui est susceptible de ne pas me plaire, ça n'est pas un problème =)

      Supprimer
  2. Il est dans ma PAL ! J'espère que je vais plus accrocher que toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais peut-être pas dans une période lecture compatible avec le livre mais il y a beaucoup de très bons avis donc tu as toutes tes chances :)

      Supprimer
  3. Pour moi ce fut un réel coup de cœur, j'ai tout aimé dans ce roman.
    =)

    RépondreSupprimer
  4. Le film me faisait très envie et, du coup, j'ai tenté le livre. Juste déçue, je ne retiens pas grand chose.

    RépondreSupprimer
  5. Roooh, comment ne peut-on pas aimer un tel livre m'enfin? :P

    J'avoue que l'histoire en elle même ne casse pas trois pattes à un canard mais cette écriture...*___* C'est elle qui fait tout! Personnellement j'ai été entièrement transportée grâce à la poésie de l'écriture de Foenkinos et suis ressortie de ma lecture enchantée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le style m'avait plu oui mais visiblement n'avait pas été suffisant pour moi. Je deviens chiante avec le temps !

      Supprimer