Dernières chroniques

Bienvenue

Bienvenue !


Rambalh, c'est un pot pourri sur la littérature, un blog pour partager mes coups de coeur et de gueule. Rambalh signifie Bordel en Occitan et c'est un peu le cas de ce blog : de tout et surtout tout moi. Le bordel de mes goûts, de ma vie livresque, toujours en lien avec Accros & Mordus de Lecture.

lundi 7 mai 2018

La Bicyclette bleue, Tome 4 : Noir tango de Régine Deforges

J'arrive au bout de la partie "chroniques" du Dossier sur La Bicyclette bleue de Régine Deforges. Ce quatrième tome est une bonne conclusion à ce que j'ai vécu à travers ma lecture ♥



Quatrième de Couverture
En novembre 1945, au sein de l'Allemagne vaincue, le tribunal de Nuremberg juge les criminels nazis. Léa, envoyée par la Croix-Rouge, y retrouve François qu'elle a revu quelques mois plus tôt à Montillac. Elle s'effondre lorsque Sarah lui raconte le cauchemar de Ravensbrück. Sarah convainc bientôt François de rejoindre le réseau de "Vengeurs" qu'elle a constitué pour traquer et exécuter les anciens nazis, partout où ils se trouvent.
Une chasse qui les conduira jusqu'en Argentine où le régime péroniste accueille et protège les criminels de guerre.

Mon avis
La guerre est terminée mais rien ne laisse de répit à Léa qui, au fil des années, s’est liée à de nombreuses personnes engagées comme elle. Toujours amoureuse de François Tavernier, elle se retrouve encore une fois au cœur de l’action à travers l’action vengeresse de Sarah Mulstein, son amie qu’elle a sauvée d’un camp de la mort, et de ses alliés dont le seul but est maintenant de venger les millions de morts. La faucheuse n’a pas fini de s’en prendre à l’entourage de Léa, la poussant à poursuivre son combat.

Léa a grandi, évolué mais, au fond, elle reste fidèle à elle-même : tout ce qu’elle traverse la touche au plus profond de sa chair. Lorsque Sarah lui raconte les horreurs qu’elle a vécues dans les camps de la mort, Léa s’effondre, passe de longs jours dans un état d’apathie, dans un coma protecteur même. Ses réactions physiques sont encore et toujours le moyen le plus violent pour extraire de son être ce qu’elle ne peut supporter. Les larmes ne signifient plus rien et son corps rejette le plus souvent le mal avec force et violence.

Mais ce mal ne s’est pas arrêté avec la fin de la guerre, bien au contraire : la défaite de l’Allemagne nazie n’a pas sonné la fin de l’horreur, tout comme la mort d’Hitler n’a pas mis fin à l’idéologie nazie. Et, malgré elle, Léa se retrouve engagée dans une nouvelle guerre, pour venger elle aussi ceux qu’elle a perdus.

Historiquement, ce quatrième tome aborde les conséquences de la Shoah et la façon dont certaines victimes ayant survécu reprennent en main leurs vies. Enfin, ce qu’il reste de leurs vies surtout : nombreuses sont les âmes brisées qui ne se remettent jamais de ce qu’elles ont vécu et qui cherchent, non pas à se reconstruire, mais à venger tout ce qu’ils ont perdu, proches comme dignité, joie de vivre comme espoir. Le personnage de Sarah, que nous suivons depuis le tout premier tome est l’incarnation de cette population juive qui a tout perdu jusqu’à son souffle d’humanité.
Sarah était une femme forte, merveilleuse, fascinante. Lorsque la guerre a commencé, elle a cherché à mettre ses proches à l’abri avec l’aide de François Tavernier, puis elle s’est cachée lorsque les rafles faisaient rage. Ensuite, ayant tout perdu, elle s’est vouée corps et âme à la résistance, à la libération de la France mais, surtout, à la survie de ses amis. Arrêtée et torturée, son esprit s’est peu à peu brisé, son regard éteint. Internée ensuite en Allemagne, elle a vécu toujours plus d’horreur, jusqu’à l’ultime qui a fini de détruire tout ce qu’il restait d’elle.
La guerre terminée, Sarah est détruite et n’a plus suffisamment de forces pour se reconstruire, mais qui en aurait eu à sa place ? Qui, après avoir vécu l’inimaginable, aurait réussi à reprendre une existence normale ? Sarah est ce peuple juif à qui l’on a tout pris et qui ne possède rien d’autre qu’une haine viscérale, une haine qui la maintient en vie et la pousse à se venger coûte que coûte pour espérer retrouver la sérénité. Une sérénité qui n’arrivera jamais.

Encore une fois, Régine Deforges nous entraîne dans les remous de l’Histoire en nous faisant voyager jusqu’en Argentine où bon nombre de nazis sont venus s’installer, forts de leurs liens avec le gouvernement de l’époque. Alors que des milices secrètes juives se mettent en place à travers le monde pour les arrêter, n’ayant aucune foi en la justice internationale, la guerre n’est finalement pas réellement terminée. Encore aujourd’hui, des criminels nazis échappent à la justice (récemment dans Le Monde) alors on comprend, on comprend pourquoi certains survivants ont eu ce besoin viscéral de venger leurs morts.
Malheureusement, Régine Deforges nous rappelle aussi que la vengeance ne suffit pas à apaiser l’âme, loin de là, et qu’elle n’est qu’un moyen de se trouver un but éphémère à une existence déjà brisée.

Si ce quatrième tome m’a moins fascinée que les trois premiers (c’était réellement la France sous l’occupation qui m’intéressait le plus), il n’en reste pas moins superbe et chargé d’émotions. Il est encore plus sombre, chargé de haine mais aussi d’amour au fond. Après cette lecture, on ne peut qu’espérer ne plus jamais revivre de telles horreurs dans notre histoire puis on se rappelle que, malheureusement, les génocides sont encore d’actualité et que la haine n’est pas prête de disparaitre, quelles qu’en soient ses victimes.

Pour le moment, je m'arrête ici dans la lecture de cette saga qui a su me passionner et je reprendrai sûrement la suite plus tard, de peur d'être trop déçue par l'histoire qui semble s'essouffler dans les tomes suivants.



Le Dossier La Bicyclette bleue
Les avis des Accros & Mordus de Lecture

2 commentaires:

  1. J'ai découvert cette série lorsque j'étais très jeune (il y a quelques décennies maintenant^^) et j'avais tout comme toi été fascinée par la partie qui se déroulait pendant l'occupation allemande. Bonne poursuite dans tes futures lectures car il est parfois difficile de se séparer de personnages avec qui l'on a passé un certain temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça, j'ai quand même envie de savoir comment Léa va encore évoluer :)
      Merci ♥

      Supprimer