Dernières chroniques

Bienvenue

Bienvenue !


Rambalh, c'est un pot pourri sur la littérature, un blog pour partager mes coups de coeur et de gueule. Rambalh signifie Bordel en Occitan et c'est un peu le cas de ce blog : de tout et surtout tout moi. Le bordel de mes goûts, de ma vie livresque, toujours en lien avec Accros & Mordus de Lecture.

samedi 7 avril 2018

Amélia : Une vie, deux guerres de Manuel Santos et Pascale Malevergne

Ce livre, je l’ai acheté pour son histoire et parce qu’il a été publié par une petite maison d’édition de Perpignan qui transmet l’histoire et la littérature pyrénéenne, française et espagnole : Mare nostrum éditions.



Quatrième de Couverture
Amélia Santos est née en 1918 dans une famille espagnole de paysans pauvres. Sa jeune vie d’adulte débute avec la terrible guerre d’Espagne. C’est dans la clandestinité qu’elle quitte ensuite la Catalogne avec son fils âgé de six mois pour rejoindre son mari, soldat républicain réfugié en France. Elle est loin d’imaginer les épreuves qui l’attendent alors : arrestation au Perthus, camps d’internement de Saint-Cyprien et de Rivesaltes, évasion, Deuxième Guerre mondiale… Ce récit est un hommage que son fils, Manuel, lui rend peu après sa disparition en 2012, pour saluer la volonté de cette femme-courage marquée par l’histoire tragique du XXe siècle.

Mon avis
Amélia : Une vie, deux guerres est un hommage rendu par Manuel Santos à sa mère, une femme qui a tout quitté pour retrouver son mari, réfugié en France, alors que la guerre civile espagnole écrasait chaque jour un peu plus les républicains.

Amélia est une jeune femme au caractère fort et au courage sans borne. Sachant pertinemment que son statut de femme d’ennemi du régime franquiste risquait de mettre à mal sa famille, elle a décidé de traverser illégalement la frontière, passant par les Pyrénées avec son bébé dans les bras. La France, c’est l’espoir de liberté, l’espoir de reprise de forces pour les Républicains acculés de toute part. Mais dans un contexte tendu, la France devient une deuxième prison pour ces Espagnols qui fuient leur pays et sont envoyés dans les camps des bords de mer.

Comme tant d’autres, Amélia a dû se battre pour s’échapper d’Espagne puis pour survivre dans ces camps où les rations étaient précaires, où les constructions sommaires résistaient mal au vent qui balayait les plages catalanes françaises. Aidée par les amis qu’elle s’est fait là-bas, elle réussit à s’enfuir et fait un autre voyage pour enfin retrouver son mari, envoyé dans les mines. Ensemble, ils déménagent encore, au grè du travail, des endroits où la main d’œuvre espagnole est utile. Ils se construisent une vie, s’intègrent…

Puis la Seconde Guerre Mondiale s’installe et la méfiance envers l’autre revient, les Espagnols ayant fui Franco sont vus comme des communistes, un autre ennemi parmi d’autres. Les étrangers sont toujours les premiers stigmatisés, les premiers sur qui l’on reporte la faute.

Amélia : Une vie, deux guerres n’est pas un livre que j’ai lu pour sa qualité littéraire mais pour son contenu. C’est un court témoignage, peu approfondi mais qui suffit à se rappeler du passé, à comprendre comment les Espagnols ont lutté pour se faire une place dans une Europe dont le déchirement n’a cessé de prendre de l’ampleur. Toutes ces guerres qui ont marqué le XXè siècle ont façonné le monde mais, surtout, ont montré l’horreur humaine d’un côté, la solidarité qui faisait contre poids d’un autre.
J’aurais aimé que le récit soit plus fouillé, que les détails soient plus nombreux aussi et que les événements s’enchainent moins vite mais le fils d’Amélia a sûrement conté ce qu’il savait, ce qu’il avait réussi à glaner dans la mémoire de sa mère. La Seconde Guerre Mondiale est aussi trop peu abordée à mon goût mais, finalement, toute l’ambiance sombre, la méfiance la dureté de la vie y font déjà écho.

Française, mais surtout Méditerranéenne, je suis descendante de ces Espagnols qui ont bougé d’un pays à l’autre pendant des années, de ces Français qui les ont accueillis plus ou moins bien. Cette histoire, c’est celle de la plupart des habitants de ma région d’origine et c’est pour ça que j’ai voulu lire ce livre, pour en apprendre plus.

Ce n’est pas le témoignage qui apportera le plus d’éclaircissement sur l’Histoire mais ça reste une tranche de vie touchante, l’histoire vraie d’une femme qui s’est battue pour faire vivre sa famille. Un témoignage pour ne pas oublier, jamais, parce qu’oublier, c’est prendre le risque de reproduire les mêmes erreurs.

Les avis des Accros & Mordus de Lecture

4 commentaires:

  1. Ce livre à l'air très touchant, c'est un bel hommage rendu par son fils...

    RépondreSupprimer
  2. Là encore, un livre bouleversant, j'en suis sûre... Et là encore, une partie de l'histoire qui nous a peu été montrée en cours d'histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bouleversant mais de façon rapide, l'histoire étant racontée en moins de 80 pages : c'est un peu comme une petite fenêtre ouverte sur un paysage qui a encore beaucoup à montrer :)

      Supprimer